Gastronomie de la densité

Vous manquez un peu d’énergie ces temps-ci je trouve, chers lecteurs. Si si, pas la peine de mentir, je le vois bien, presque plus de commentaires, des visiteurs fantomatiques à peine plus concrets qu’une odeur de chocolat, aucun punch, aucune envie… Je pense que nous avons ce qu’il vous faut (pour vous faire parler).

 

 

On sous-estime toujours les bienfaits d’un repas sain, équilibré et qui surtout cale le bide. Pour bien entamer la journée, il vous faut le plein de calories au petit déjeuner, pour pouvoir les dépenser ensuite sans compter. A midi, finis les coups de pompe et les coups de bourre, un solide repas complet vous obligera à faire la sieste et donc à reprendre ensuite le travail frais et reposé (ça vaut bien une heure de retard). Et le soir venu, rien ne vous poussera avec bonheur et gratitude sous votre couette comme un bon plat dense comme un parpaing.

C’est sur cette base essentielle que nous allons constituer ces suggestions de recettes de l’automne : accrochez-vous à vos ceintures, vous allez exploser.

 

Petit déjeuner à la bavaroise

 

Les demoiselles bavaroises ont un grand appétit, aussi ont-elles inventé le petit déjeuner dit « gloutonnement festif » :

  • Préparez une omelette pour 3 personnes
  • Ajoutez du pain, des tartines, du beurre, des épices
  • Eventuellement complétez avec des pâtes si vous avez encore un petit creux
  • Et surtout, l’élement principal qui fera de ce mets un émerveillement : le bacon grillé
    Au saut du lit, ses graisses pétillantes et son goût délicieux vous réveilleront en un tournemain (ou vous feront amèrement regretter de vous êtres levé, aux choix).

Traditionnellement, ce plat est plutôt servi avec de la bière, mais enfin vous faites comme vous voulez bien entendu. Evitez quand même le jus d’orange… Oui, ça pourrait gâter les bons acides gras que vous venez d’ingurgiter, ce serait dommage hein.

 

 

Tajine de semoule aux grains de riz confits

 

Un des secrets de la civilisation nomade turque, légué de père en fils depuis l’aube de la création, est la recette du tajine de semoule au riz confit. Ce plat préparé avec les moyens du bord, aride comme le désert et savoureux comme le chameau, leur permet de traverser de grandes étendues sablonneuses à des températures extrêmes pendant plusieurs jours sans mourir.

Les ingrédients sont relativement simples, mais le véritable secret réside dans la technique ancestrale de pétrissage du riz-couscous dans la graisse de touriste infidèle, qui fait ressortir les riches arômes de la mixture.

  • Il vous faudra des grains de semoule, aussi nombreux que les grains de sable dans le désert
  • Des grains de riz, un peu moins quand même parce que c’est un produit d’import taxé
  • Du graisson d’infidèle, en huile, barraté ou figé
  • Quelques louches de caramel, pour bien engluer le tout.

Mélangez le tout dans une grande bassine. Au final, vous obtiendrez une sorte de pain qu’il est possible d’emporter en voyage (dans le désert en tout cas ; sinon il suffit d’être assez désespéré). C’est un peu étouffe-chrétien quand même, alors pensez à emmener de l’eau…

Attention, à ne pas confondre avec le pain de voyage nain!

 

Brownie au chocolat, sirop de canne et ciment

 

Pour finir en beauté, voici une merveilleuse idée de dessert qui ravira votre belle-mère (si vous ne l’aimez pas trop).

La seule différence concrête avec des briques, c’est que vous appelez ça des tartes!

 

Le brownie au chocolat est réputé pour être un aliment trop gras et énergétique dans un régime sain et équilibré.
Voici quelques conseils pour en faire un délice tout à fait diététique!

  • Echangez le sucre avec du sirop de sucre de canne. Comme il est moins raffiné, le sucre ainsi présenté sera meilleur pour la santé.
  • Le chocolat doit être le plus noir possible, comme ça il est moins gras.
  • Pas de noix ou autres fariboles scandaleuses, ce sont des repères à mauvaises, très mauvaises graisses!
  • A la place de la farine, choisissez plutôt un bon ciment. Sans pour autant changer son goût ou son aspect, cet ingrédient rendra votre brownie bien moins facile à engloutir, ce qui encouragera vos invités à manger lentement, mieux savourer et… moins manger! Voilà, il suffisait de cela!

 

Bien sûr, on s’expose à quelques petites difficultés, mais que serait la cuisine sans prendre des risques? On serait encore en train de cuisiner des gigots de sanglier au feu de bois! Sans blague, c’est dangeureux un feu de bois comme ça dans la nature.

Allez, bonne cuisine à tous et surtout, bon appétit! 🙂

2 réponses sur “Gastronomie de la densité”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *