Faire un bon billet qui sent des pieds

Pour tout vous dire, Yosko lisait dernièrement un livre qui explique comment écrire un livre. Ça lui a bien plu, alors je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire aussi un billet qui explique comment écrire un billet!

J’adore ces mises en abyme, c’est comme la vache qui rit qui… qui… rit… euh…

J’ai faim!

Euh je veux dire, alors vous aussi vous voulez écrire des bons petits billets, qui puent comme du munster de trois ans d’âge conservé au chaud et à l’humidité? Il ne faut pas croire que c’est à la portée de tout le monde, bien entendu, mais nous allons essayer de mettre cette belle science à votre portée.

 

Voici tout d’abord une série de conseils généraux pour écrire un bon billet de blog :

  • Il faut trouver un bon sujet. Que ce soit un sujet d’actualité, qui fera bondir toute la lie du net sur votre billet, ou un sujet qui vous tient à coeur, comme par exemple la culture méconnue des autruches des Galapagos, il faut habilement cibler le coeur du sujet et essayer de ne pas trop en dévier.
    Ensuite, saupoudrez de grosses conneries.
     
  • Votre billet sur la choucroute doit être bien structuré : peut-être pas intro / développement / conclusion, mais essayez de suivre un plan clair et défini à l’avance (exemple : Introduction à propos des pangolins ; passage du coq à l’âne ; développement de la théorie du complot ; rebondissement sur les chinois du FBI ; conclusion autour de la choucroute).
    Si vous avez beaucoup de points débiles à aborder, pensez aussi à numéroter les points, ajoutez des listes à puces, mettez en valeur les mots clés et les expressions les plus loufoques, pour que l’esprit du lecteur ait quelque chose à quoi s’accrocher.
     
  • Toujours dans la même veine, il faut essayer de ne pas faire de gros pavés de texte abscons. Faites des phrases courtes (exemples : Lol! OMGWTF. CQFD. Hahaha) et aérez votre texte par des retours à la ligne habilement placés
    comme par exemple ici, ou d’autres stratagèmes (grossir la taille de police, ajouter des émoticones ou des petits dessins).
     
  • L’humour doit toujours être fin et bien dosé, ou alors débile et lourd. Dans certains cas, l’abondance et la profusion participeront à l’humour, tout comme la répétition et les inside-jokes… Mais pas toujours.
    Le blabla pour ne rien dire doit être limité au strict nécessaire, car même en considérant que ça peut être drôle, c’est quand même ultra chiant.
     
  • Des images originales, créatives et jolies seront du plus bel effet pour orner votre billet. Les illustrations constituent une pause dans votre narration, et permettent au lecteur de souffler un peu et de se reposer l’esprit (qui ne devrait pas être trop éprouvé par votre billet, mais bon, sait-on jamais).

Sinon vous avez ça :

 Enfin c’est vous qui voyez.

 

Voilà pour les conseils généraux. Maintenant, allons un peu plus dans le détail…

Dans la grande industrie du blog, il y a plusieurs techniques pour écrire un billet. Les blogs dits spécialisés, visant une cible très cultivée dans un domaine particulier, ont évidemment une façon de faire différente des blogs généralistes, qui parlent de tout et de rien à n’importe qui et doivent vulgariser leurs propos. (Non, ça n’a rien à voir avec mettre des mots vulgaires de partout.)

Pour que votre blog soit couronné de succès, de visites et de commentaires, chaque billet doit s’inscrire dans la lignée des autres et former un bel ensemble, une certaine unité. On peut former un ensemble avec des bouses, avec des torchons, ou avec des serpillères, peu importe tant que l’ensemble tient debout!

 

  • Fixer une charte éditoriale

Dans l’idéal, votre blog doit être basé sur une charte graphique (exemple : fond des billets rose à pois verts, titres en gras souligné et obligation de finir toutes les phrases par !!1!!oneeleven), et sur une charte éditoriale. Celle-ci précise les thèmes à aborder, les sujets à éviter, les gros mots interdits, des suggestions au niveau du champ lexical, et peut-être même une idée du ton à employer (humour, grave (lol), informatif, léger, moralisateur, moqueur…)

Sans cette charte, tout et n’importe quoi peut arriver. Et ce n’est pas du tout ce que vous voulez, sauf si vous vous fichez de fidéliser vos lecteurs, de rendre le blog convivial et surtout de vous faciliter la vie. Bien sûr ce n’est pas facile, si vous commencez à peine votre blog, de pondre une charte du blog à partir de rien. C’est pourquoi nous allons vous proposer quelques idées :

 – Un blog sérieux proposant des conseils sur les meilleurs moyens de se suicider, avec des petits concours mensuels. Interdit de parler de trucs joyeux.

 – Un blog délire sur la guerre, pour qu’on puisse enfin se marrer un peu dans les camps de réfugiés. Il faut aussi que les militaires s’y retrouvent. Interdit de parler de paix.

 – Un blog grave et larmoyant sur ta mère, parce que c’est une catastrophe. Rien n’est interdit du coup.

 

  • Choix des images

Les lecteurs, c’est bien connu, regarderont surtout les images de votre billet, et très peu le reste. Déjà, ils ne savent pas lire pour la plupart. Et quand bien même, c’est quand même moins important de lire le texte que de bien s’imprégner des images, car comme chacun sait, une bonne image vaut 1 millier de vaines paroles (et 1 milliard sur le net).

Le choix des images est une science délicate et ô combien subjective. Dans l’idéal, il faut avoir au moins une image sur deux qui fait saigner des yeux, pour avoir un fort impact sur le lecteur : ainsi il se rappellera de votre billet.

 

 

Du reste, les images doivent sembler très intelligentes pour l’oeil non averti du visiteur de passage. Mais si on fouille un peu, il n’est pas interdit de sortir les images de leur contexte, de les truquer, de les transformer et faire en sorte qu’elles veuillent dire tout l’inverse du sens originel ; au contraire.

Surtout, il ne faut pas que l’image que vous avez trouvée quelque part soit utilisée sur votre blog dans le même sens et veuille dire la même chose que là où vous l’avez vilement volée! Sinon on pourrait vous accuser de plagiat. Donc, la règle d’or est : modifiez, dénaturez, et éventuellement, rajoutez votre signature et un copyright, on ne sait jamais!

 

  • Thème visuel

Pour le thème graphique de votre blog, plusieurs choix s’offrent à vous : mettre plein de couleurs moches, ou ne pas mettre plein de couleurs moches. En fait, tout le reste dépendra de votre affinité avec les couleurs moches.

Si vous tenez à représenter toutes les couleurs de l’arc en ciel dans votre blog (et aussi quelques autres en bonus, pastels, fluos, dégradés…), vous tomberez inévitablement dans la catégorie « blogs kikoolol« . Il deviendra du coup inutile de vous inquiéter pour le contenu (tout ce qui vous passe par la tête), la forme (n’importe laquelle, de l’assemblage de patatoïdes au gros bazar chaotique), le style (les fautes d’orthographe sont les bienvenues, ainsi que le langage sms, les aberrations grammaticales…), et même la qualité (tous les goûts sont dans la nature, même les mauvais!).

 

 

Par contre, si vous n’aimez pas les couleurs criardes, et que vous avez un minimum de self-estime, vous choisirez probablement des couleurs plus restreintes pour votre blog. La couleur de fond devrait peu ou pas varier, tout comme la couleur des titres et des mots clés. Rien ne vous empêche de changer le style graphique à chaque billet, si ce n’est la flemme, mais les lecteurs se sentiront peut-être un peu perdus si le blog semble muter à chaque coin de page. Ils croiront à des bugs graphiques et dénigreront votre travail : ne sous-estimez pas leur bêtise.

 

Voilà, ça vous fait déjà de bonnes bases je pense!

La prochaine fois, nous aborderons le choix des mots clés de vos billets, ou comment mettre en marche votre domination de la planète en quelques clics.

Bloguez bien et à bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *